Je veux:
étudier mais je ne peux pas me concentrer
pratiquer mais je finis par regarder la télévision
être calme mais je perds mon sang-froid
pardonner mais je n’arrive pas à oublier ou à pardonner
Lâcher prise mais je suis incapable de le faire
être … (remplir le blanc) … mais je ne peux pas …
et ainsi de suite.

J’entends chaque jour des histoires de désespoir et de frustration, d’impuissance et de procrastination où, avec la plus grande sincérité, l’un ou l’autre me disent qu’ils veulent faire ou être ainsi mais que, aussi fermement qu’ils puissent essayer, ils retournent sans cesse à leurs anciens modèles de comportement. Pourquoi ne parvenons-nous pas à tenir nos promesses ou pourquoi la voie du succès (même dans les petites entreprises) est-elle pavée d’obstacles et de barrières?

Je pense juste avoir pour vous la réponse en termes simples et clairs. Mais d’abord, une petite histoire qui met en lumière ma philosophie sous-jacente.

Un riche paysan possédait des plantations de cocotiers, une grange avec des dizaines de vaches et une petite ferme avicole. Se réveillant au splendide lever du soleil au-dessus de l’océan et dormant sous le ciel étoilé, il vivait une vie simple et satisfaite avec sa femme et un chien de compagnie.

“Nous avons besoin d’un ouvrier agricole à plein temps,” dit sa femme, “quelqu’un qui puisse rester avec nous.” Le fermier avait accepté que la plupart de ses employés rentrassent chez eux le soir et, vu qu’ils devenaient vieux, ils avaient besoin de quelqu’un qui soit avec eux. Il envoya un mot dans le village disant qu’un emploi était disponible. Beaucoup de personnes vinrent le voir pour le travail, mais un jeune homme se distingua particulièrement par son enthousiasme et sa confiance.

“Et pourquoi devrais-je vous engager?” demanda le fermier.
“Je suis honnête, travailleur et compétent,” répondit-il.
“Vous avez cela par défaut, je présume. La plupart des candidats ont ces qualités-là.”
“Peut-être, dit le jeune homme, mais “je peux dormir par temps de grosse tempête.”

La réponse philosophique capta l’imagination du fermier et il l’embaucha. Fidèle à sa parole, l’ouvrier agricole travailla sans relâche et géra bien les affaires. En quelques mois, il gagna totalement la confiance du couple et ils se mirent de plus en plus à compter sur lui.

Une nuit, leur chien se mit à hurler de manière plutôt sinistre. Le fermier et sa femme essayèrent de le calmer sans y parvenir. Ils réalisèrent vite qu’une violente tempête arrivait. Il sauta hors de son lit et alla vite voir son ouvrier qui était profondément endormi.

“Réveille-toi,” lui dit le fermier en le secouant. “Une grosse tempête arrive !”
“Allez-vous-en,”répondit-il avec les yeux plissés qui fixaient la lampe de poche que le fermier tenait près de son visage.
“C’est ridicule ! “Lève-toi, j’ai dit!”
“Je vous l’ai dit, je peux dormir par une violente tempête,” répondit-il d’une voix groggy, et il se tourna de l’autre côté.
“Je verrai ça avec toi dans la matinée!” cria le fermier. Et il sortit en courant pour sécuriser sa propriété. Des vents violents soufflaient et un ciel qui tonnait constamment faisait qu’il était même difficile de s’entendre l’un l’autre.

Ils se rendirent d’abord à la remise juste pour voir que les balles de blé et les meules de foin étaient soigneusement liées et recouvertes d’une bâche qui était fixée à l’aide de cordes serrées. Les outils de la ferme étaient rangés dans la remise de stockage à côté. La grange était correctement fermée et les vaches semblaient calmes et satisfaites de leur abondant fourrage et de l’eau dans l’abreuvoir. La porte du poulailler était correctement verrouillée. Tout était à sa place.

“Eh bien,” dit la femme au fermier, “il est certainement prêt à dormir lors d’une tempête déchaînée.”

Nous souhaitons être à l’abri des adversités, des tentations et des obstacles, mais la clé, c’est la préparation. Vouloir vous mettre en sécurité, vouloir être d’une certaine façon, bien que cela soit important, ce n’est qu’un début. En fait c’est la partie facile. Que vous ayez ou non (ou qu’au moins vous vous soyez engagé à l’apprendre) le bon savoir et l’expérience, c’est ce qui détermine la probabilité de succès.

Récemment, le premier jour de mon programme, notre vendeur d’audio-visuel a pris une double réservation et il a envoyé à sa place une personne inexpérimentée pour gérer notre événement. L’équipe de base compétente qui gérait l’événement et notre armée de dévoués bénévoles ont senti que la qualité de notre système de sonorisation pourrait être meilleure.

“Désolé, Swami,” m’a dit quelqu’un qui est venu me voir après. “Nous veillerons à ce que cela n’arrive pas demain.”
“Excuses acceptées,” ai-je dit,” mais, malheureusement, il est peu probable que le problème soit résolu.”
“Je vais gérer personnellement le système de sonorisation demain,” a lancé un autre.
“J’apprécie,”ai-je répondu, “mais êtes-vous un expert ?” S’il vous plaît, essayons de ramener le vendeur ici.”

À leur crédit, ils ont pris le contrôle, consulté le vendeur, opéré quelques changements et le reste du programme s’est déroulé comme dans du beurre (puisque j’ai parlé de vaches et de grange, il ne m’est pas venu d’analogie plus appropriée.)

J’ai continué à expliquer la différence qu’il y avait entre l’intention et la compétence. C’est une chose d’avoir l’intention de faire quelque chose de bien et c’en est une autre d’avoir la compétence pour le faire. Parfois, vous voulez aider quelqu’un ou quelqu’un veut vous aider, c’est très bien, mais à moins de posséder la bonne compétence, une telle intention n’ira pas loin. Cet écart entre l’intention et la compétence est la raison pour laquelle beaucoup d’entre nous se heurtent à des échecs dans leurs efforts. Vous pouvez par exemple être un grand artiste, mais si votre travail ne se vend pas, alors il faut acquérir des compétences pour le vendre. Dans chaque domaine, le succès nécessite une compétence différente. C’est peut-être pourquoi l’apprentissage est un processus qui dure toute la vie.

Vous voulez être calme, mais avez-vous appris cette compétence? Vous voulez surprendre votre partenaire en cuisinant un gâteau, mais savez-vous cuisiner? De plus, si le gâteau se transforme en brique (espérons-le : pas en charbon de bois), et que votre partenaire n’apprécie pas, devez-vous vous sentir mal ? Pourriez-vous livrer en ligne avec votre intention ? Nous voulons avoir de l’attention, aimer, réussir, et ainsi de suite, mais faute d’avoir la compétence appropriée, il y a peu d’espoir. Presque tout ce que nous savons dans la vie, nous l’avons appris quelque part. Et ce que nous savons vraiment bien, c’est habituellement ce que nous avons fait à plusieurs reprises, quelque chose que nous avons soutenu par la pratique et l’entraînement. C’est tout ce qu’il y a à faire : tout ce que nous avons l’intention d’accomplir, nous devons maîtriser la compétence qui se trouve derrière. Une personne sage m’a dit une fois, “La seule chose qui soit plus coûteuse que l’embauche d’un professionnel, c’est l’embaucher d’un amateur.”

Une petite foule s’est rassemblée autour d’un vieil homme qui s’est évanoui dans un marché animé. Passant à travers la foule, un homme s’est précipité à l’endroit où une femme essayait de ranimer le patient.

“Va-t’en, femme,” a-t-il crié. “Je suis un spécialiste des premiers secours. Je sais exactement quoi faire.”
La femme a essayé de parler mais il n’en a pas tenu compte. Finalement, elle s’est tenue sur le côté, les bras croisés, tandis que le secouriste faisait des efforts frénétiques pour ressusciter le vieil homme.
“Quand vous arriverez à la partie, ‘maintenant appelez le médecin’,” dit la femme calmement, “je suis juste là.”

Quel que soit ce à quoi vous voulez arriver, c’est ce que vous voulez être. Pour y arriver, vous souhaitez agir ou travailler d’une certaine manière. Telle est votre intention. Que vous soyez capable de vraiment travailler de la manière prévue, c’est une question de compétence. La bonne nouvelle, c’est que, compte tenu d’un temps raisonnable, de l’orientation et de la discipline, chacun d’entre nous est capable de maîtriser à peu près n’importe quelle compétence.

La prochaine fois que vous constatez que vos efforts ne vous mènent nulle part près de votre objectif, notez simplement votre intention et, en dessous, la compétence requise pour agir conformément à votre intention. Toute confusion se dissipera. Travaillez dur sur la compétence et le reste se mettra en place.

Comblez le fossé entre l’intention et la compétence et alors le succès ne sera pas loin. Il n’est jamais trop tard pour commencer à combler ce fossé. En fait, maintenant serait à peu près le moment idéal pour commencer.
Encore en train d’attendre ?

Les camps de méditation de Singapore et de Sydney sont pleins mais nous avons réussi à ajouter 20 endroits de plus. Les inscriptions seront bientôt closes.

1. Singapore Weekend Meditation Camp. Apr 28-29. 4 spots left.
2. Sydney Long Weekend Meditation Camp. Jun 09-10-11. 4 spots left.

Paix
Swami

Partagez avec vos amis: Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Google+
Google+
0Email to someone
email