Si vous me demandez ce que devrait être votre première priorité dans la vie, je ne vous dirais certainement pas que c’est l’illumination ni de prier Dieu. Je ne dirais même pas que c’est de servir les autres. La première chose que je dirais, c’est que votre première priorité devrait être de prendre soin de votre santé physique. Ce n’est là que mon point de vue. En utilisant le mot “devrait”, je ne veux pas dire que vous “devez”.

Manger convenablement, faire de l’exercice et être au top de la forme physique, c’est la base du bonheur. Si vous êtes en bonne santé, vous pouvez servir les autres et vous pouvez méditer, vous pouvez prier et vous pouvez faire tant d’autres choses que vous pouvez imaginer. Mais il y a bien entendu beaucoup de gens qui sont en grande forme et qui ne sont pourtant pas heureux. Cela me conduit au sujet que nous avons sous la main : la tâche la plus importante.

Une fois encore, je n’ai aujourd’hui aucun point de vue philosophique à vous donner. Et je ne vous recommande pas de partir en mission mondiale pour sauver l’humanité (à moins que vous le vouliez). J’ai pour vous quelque chose de très pratique sur quoi réfléchir. Il y a longtemps que je voulais écrire sur ce sujet. Laissez-moi d’abord vous faire part d’une petite plaisanterie.

La police descendait avec force sur la mafia. Alors le chef de la mafia embaucha une nouvelle recrue, Aberto, qui ne pouvait ni parler ni entendre. Il pensait que si jamais Aberto était pris, il ne pourrait rien révéler à la police.

Aberto devint le nouvel encaisseur et on l’envoya pour les encaissements hebdomadaires. Après avoir travaillé honnêtement quelques semaines, il commença à prendre une partie des encaissements. Et en peu de temps Aberto avait amassé 100.000 $. Le chef découvrit qu’il cachait de l’argent quelque part.

Le problème était que la mafia ne pouvait pas parler à Aberto ni le comprendre. On fit donc venir un interprète capable de communiquer avec lui. Le loubard le retrouva et il fut présenté devant le chef.
“Où est l’argent ?” cria le chef.
L’interprète se tourna vers Aberto et lui exprima la question en utilisant le langage des signes.

“Je ne sais pas,” fit signe Aberto.
L’interprète transmit la réponse.
Le chef mit un pistolet sur la tête d’Aberto et demanda à l’interprète de répéter sa question.
Craignant pour sa vie, il dit la vérité, que l’argent était caché dans le tronc d’un arbre à Central Park.

“Qu’a dit Aberto ?” demanda le chef à l’interprète.
“Il a dit qu’il ne savait pas où était l’agent et que vous n’aurez pas le courage d’appuyer sur la détente”, répondit l’interprète.

Qu’est-il arrivé ensuite ? Je vous laisse imaginer.

Tous ceux qui ont une dette sont, d’une manière ou d’une autre, comme Aberto. Il y a toujours une arme psychologique sur votre tête. Vous pouvez avoir trouvé un compromis pour vivre avec la dette, mais je doute que vous puissiez connaître la tranquillité. Dans notre monde actuel de consumérisme irréfléchi, la plupart d’entre nous achètent constamment des choses qui sont de peu d’utilité et qui n’ont aucune importance dans notre vie. Quoiqu’il en soit, je ne cherche pas à prêcher, alors permettez-moi d’en venir à la tâche la plus importante qui soit à portée de main.

A mon avis, devenir sans dette est la tâche la plus importante et la plus urgente qui soit pour quiconque doit à un autre, ne serait-ce qu’un centime. Une vie sans dette est la vie la plus princière qui soit. Une telle vie peut ne pas vous donner beaucoup de frime, mais vous aurez toujours un sourire sur le visage et du bonheur dans le coeur. Une personne sans dette dort en paix et se réveille heureuse. Je ne nie pas que d’acheter une maison soit tentant et que donc une hypothèque soit pratiquement une nécessité. Bien. Mais il y a une différence entre acheter une vache blanche et acheter un éléphant blanc. A vous de décider.

Si vous regardez autour de vous, vous verrez que la plupart de nos achats viennent de décisions émotionnelles, sinon impulsives. Nous continuons d’acheter des articles et nous continuons de créer du désordre. Quand il y a davantage d’accumulation, nous le cachons astucieusement, mais ça continue de s’entasser, de s’empiler. Tout ce que nous achetons, que ce soit grand ou petit, nous devons le payer. Et tout ce que nous achetons avec de l’argent emprunté vous coûtera en fin de compte bien plus.

La dette résulte de l’ambition et du désir. Vous ne pouvez pas vous occuper de la dette en vous endettant plus. C’est un cercle vicieux. Je ne connais qu’une façon de vous débarrasser de votre dette. On appelle cela le désencombrement. Débarrassez-vous de tout ce dont vous n’avez pas besoin dans votre vie. Regardez tout ce que vous possédez, de l’article le plus petit de n’importe quelle valeur matérielle jusqu’au plus cher, et demandez-vous : “Est-ce que j’en ai vraiment besoin ?” Vendez tout ce dont vous n’avez pas besoin. Faites tout cela d’un coup.

Vous ne pouvez pas désencombrer en plus d’une fois. Ou bien vous amenez le lait à ébullition ou vous ne le faites pas. Vous ne pouvez pas dire que vous allez le faire petit à petit chaque jour. C’est tout ou rien. Simplifiez votre manière de vivre et votre vie deviendra simple d’elle–même. Une fois que vous commencerez à connaître la joie de vivre simplement, vous prendrez conscience qu’en vérité on a besoin de peu pour mener une vie épanouissante. Et avec de moindres besoins, vous gagnez plus de liberté – de liberté personnelle et de liberté financière.

Nous ne manquons apparemment pas de dette morale sociale et émotionnelle. Quelle raison y a-t-il d’augmenter la dette financière ? Avez-vous besoin de ce téléphone qui coûte cher, de cette grande voiture, de cette grande maison, de ces gadgets, de ces nombreux vêtements, de cette adhésion à un club ? Vraiment ?

Plus vous aurez d’encombrement dans le monde physique, et plus vous aurez de déchets dans le monde intérieur. Regardez partout et trouvez-moi ne serait-ce qu’une seule exception. Si vous voulez connaître la paix sans vous soucier de méditation, si vous souhaitez ressentir ce à quoi cela ressemble lorsque l’on atteint l’illumination, alors je vous suggère de commencer à désencombrer.

S’il y a un nirvana, c’est de mener une vie simple sans ostentation. S’il y a un nirvana financier, c’est de ne pas avoir de dette. En bref, c’est Zen. Mon grain de sel – sans intérêt.

Paix.
Swami

Partagez avec vos amis: Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Google+0Email to someone