Il était une fois une dame, activiste sociale, qui aidait les gens à se sortir de l’alcool. C’était une petite ville et à chaque fois qu’elle entendait que quelqu’un buvait, elle s’y rendait immédiatement avec un petit groupe de personnes pour parler à ceux qui buvaient et pour les avertir des mauvais effets de l’alcool. Le nombre de buveurs de cette communauté diminuait vraiment parce que personne ne voulait lui faire face.

Un jour, un visiteur d’une ville lointaine était assis dans le seul bar de la ville qui restait et il prenait plaisir à sa boisson. Dès que l’activiste le découvrit, elle se précipita sur les lieux avec les autres.

“Monsieur, dit-elle avec excitation, vous ne savez pas que l’alcool n’est pas la solution à vos problèmes.”
“Parlez m’en, mais hé, répondit-il avec la même excitation, ça m’aide à oublier un moment.”
La femme se rendit compte de la futilité de son argument et, adoptant une ligne différente, elle dit. “Ça a des effets terribles sur votre santé et ça peut même accélérer votre mort.”

“Je n’ai pas peur de la mort. A ce que je sache, je pourrais avoir un accident et mourir au moment où je sortirai d’ici. Je peux tout aussi bien vivre maintenant.”
“Très bien, soupira-t-elle. Depuis quand buvez-vous ?”
“Tous les jours depuis les 20 dernières années. Et je n’ai eu aucun problème de santé.”
“Combien dépensez-vous à chaque fois ?”
“10 $.”
“Ça fait donc 10 $ x 365 = 3.650 $ par an ?”
“Ça semble juste.”
“Et pendant 20 ans, ça ferait la somme énorme de 3.650 $ x 20 = 73.000 $”
“Ouah ! Je n’ai jamais pensé comme ça, dit l’homme en posant son verre.”
“Exactement ! Et si nous prenons en compte l’intérêt gagné, ça ferait quelque chose comme 100.000 $, dit-elle avec animation. Et avec 100.000 $, monsieur, vous auriez pu acheter une BMW série 7 !”
“Votre logique est impeccable, madame ! Puis-je maintenant vous poser une question ?”
“La femme opina de la tête avec triomphe et regarda les autres personnes du groupe qui étaient si impressionnés par son intelligent raisonnement.”
“Buvez-vous, demanda-t-il poliment ?”
“Bien sûr que non ! Je n’ai pas touché à l’alcool ces 30 dernières années !”
“Génial, hé, s’exclama l’homme ! Alors, de quelle couleur est votre BMW ?”
“Pardon, dit-elle un peu embarrassée ?”
“Je veux dire que si vous n’avez pas bu, je suppose que vous avez du économiser 10 $ chaque jour et acheter une BMW !”

La femme tapa du pied et sortit du bar en trombe.

Je n’utilise en rien cette plaisanterie pour approuver la consommation d’alcool. Mais j’ai une remarque importante à faire.

Nous avons tous des regrets dans la vie. Je ne parle même pas des regrets sérieux de nos mauvais actions ou de nos transgressions. Je parle du simple bruit dans la tête. Ce bavardage du mental qui nous dit comment notre vie aurait pu être, aurait été ou aurait dû être si nous avions fait ci ou ça. Comme l’activiste, le mental qui papote se montre juste quand vous vous asseyez pour vous relaxer ou pour faire quelque chose que vous aimez. Il vous pousse du coude, il vous harcèle et vous rappelle vos choix passés. Les choix dont vous étiez fier un jour mais plus maintenant. Vous commencez à vous sentir déprimé, un sentiment de regret pleut sur vous en faisant disparaître votre paix. Le présent semble triste et l’avenir morne. Vous souhaitez avoir vécu différemment.

Dans ce moment de faiblesse où vous pliez sous le regret, le mental commence à se concentrer sur ce que vous auriez pu faire dans le passé pour avoir un présent glorieux. Et, comme on dit, dans la rétrospection la vue est de 20/20. La vérité, c’est qu’une analyse sans fin de votre passé est la plupart du temps un papotage de l’esprit agité. Car il y a des chances que vous ayez fait ce que vous pensiez être le mieux à l’époque. Et, à mon avis, cela est assez bon. Ce qui importe infiniment plus, c’est de vous concentrer sur votre présent et de faire en sorte qu’il en vaille la peine car le présent d’aujourd’hui sera le passé de demain.

Avant de sauter et de courir on marche et on rampe. Il n’est jamais trop tard pour la marche, pour vous engager pour votre avenir. Ne comptez ni les semaines ni les mois ni les années. Continuez simplement de marcher en faisant un pas à la fois. Et rappelez-vous : si vous ne commencez pas votre voyage maintenant, vous ne ferez que perdre plus de temps. Car le temps passe de toute façon.

Si vous voulez avoir la notion du temps, alors regardez simplement un chronomètre (votre téléphone en aura un) où vous verrez passer les millisecondes. Voilà la rapidité avec laquelle passe la vie. Des millions de créatures naissent et des millions meurent en une fraction de ces instants rapides éblouissants. La roue du temps continue de tourner implacablement. Les instants passés ne reviendront jamais. Agissez sagement et attentivement dans le moment présent. Le passé est mort, il n’a rien de nouveau pour vous. Et l’avenir n’est que le présent de demain. Maintenant est l’unique moment vivant, le seul véritable moment dans lequel la vie existe vraiment dans sa totalité.

Un homme riche marche dans le parking vers sa Bentley et il voit que les phares sont cassés avec pas mal de dégâts au pare-choc. Exaspéré, il cherche autour de lui pour voir si le délinquant est en vue. Mais il est soulagé de voir qu’il y a un mot plié sous le balai d’essuie-glace. Il lit :

“Désolé. Je viens de reculer dans votre Bentley. Des gens me font des signes de la tête et me sourient parce qu’ils pensent que je laisse mon nom avec d’autres détails. Mais non.”

Et ainsi en est-il avec la vie. Alors que nous n’avons commis aucune faute, il semble que notre présent s’avère être différent de ce que nous avions toujours envisagé et nous pensons que la vie nous donnera une indication sur la manière de l’arranger. Mais il n’y en a aucune.

Une manière d’aller au-delà de votre passé et de vos regrets, c’est de donner un sens à votre vie. Une fois que vous découvrez le sens, le but de votre vie, vous n’êtes plus le vieux ‘vous’. Le nouveau ‘vous’ naît dans le même corps. Il devient alors bien plus facile de vous dépouiller de vos anciennes tendances au fur et à mesure que le sens que vous venez de trouver devient la force qui vous guide et vous conduit.

Comment trouver le sens, demanderez-vous . Je serai heureux de griffonner mes idées là-dessus dans un proche avenir. Si tout va bien la semaine prochaine.

Paix.
Swami

P.S. Je suis très content de partager avec vous le nouvel avatar de mon blogue. Je n’ai pas de mots pour exprimer ma reconnaissance la plus profonde au couple magnifique : Vishal Saha et Shelly Singh, pour le travail étonnant qu’ils ont fait. Tout dans un esprit de service. Pendant des semaines sans nombre, ils ont travaillé étroitement avec leur équipe pour me livrer le nouveau look que j’aime absolument. C’est le même, juste qu’il est différent. Allez faire un tour sur le nouveau blogue et vous saurez ce que je veux dire. J’espère que vous l’aimerez aussi.

Partagez avec vos amis: Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Google+0Email to someone