L’autre jour, lors de la retraite de méditation, une dame m’a dit qu’elle avait pratiquement tout ce que l’on pouvait demander et qu’elle n’était pourtant pas heureuse. Que pendant des années elle avait lutté contre un sentiment de vide et qu’elle avait été incapable d’en sortir. Elle a dit qu’elle avait essayé la méditation mais sans aucun résultat significatif.

“Je ressens un vide continuel et je suis incapable de prendre du plaisir à ma vie”, a-t-elle dit. “Tous les membres de ma famille sont gentils et je n’ai aucun problème financier, mais je ressens simplement que je ne suis pas d’ici. Je ne sais pas quoi faire pour surmonter ma tristesse. Je ne sais pas comment expliquer, je suis heureuse et je ne suis pas heureuse. La vie est un exercice qui ne rime à rien. Presque tous les jours je me sens négative et déprimée.”

“Nous nous efforçons naturellement à prendre un dessert quand le ventre est plein” dis-je. “L’esprit humain a une tendance innée à réfléchir sur des pensées négatives. Et, en vous donnant tout, la vie vous a privée du sentiment de triomphe de victoire sur vos malheurs.”

“Vous voulez dire que je suis triste parce que je n’ai à me soucier de rien ?”

“Pas vous soucier”, ai-je répondu. “Faire attention”. Vous n’avez à faire attention à rien. Trouvez un but, une cause plus grande que vous-même de telle sorte que vous puissiez avoir une raison de faire attention, de vivre et d’évoluer.”

Je lui ai raconté la petite histoire suivante :

Tous les soirs en revenant du travail, un père jouait avec son jeune fils. Il eut un jour un projet important à soumettre. Il savait qu’il devrait occuper son fils avec une autre activité pour pouvoir se concentrer sur son travail. Alors qu’il réfléchissait à une solution, il tomba par hasard dans le journal sur une grande publicité d’une société d’atlas qui présentait une carte du monde.

Après avoir découpé la carte du monde en des dizaines de morceaux de différentes tailles, il la donna à son fils.

“Voilà un puzzle d’une carte du monde”, dit-il. Nous jouerons ensemble une fois que tu l’auras résolu.”

Cela devrait certainement occuper le jeune garçon pendant quelque bonnes heures”, pensa-t-il. Mais, pas plus de quelques minutes après, l’enfant revint signaler qu’il avait fait tout le puzzle.

“Comment ?” dit le père. “C’est incroyable !”

“C’était très facile, papa”, répondit le fils. “Quand j’ai commencé à résoudre la carte du monde, j’ai trouvé ça extrêmement ennuyeux. Mais j’ai alors remarqué qu’il y avait une image au dos. Je me suis mis à assembler l’image et le ‘monde’ s’est mis en place en quelques minutes.”

C’est parfois tout ce dont il s’agit : l’autre côté.

Nous voulons assembler la carte de la vie. Nous voulons arriver à comprendre, mais ce n’est pas une promenade dans le parc. Surtout parce qu’il n’y a pas grand chose à arriver à comprendre, et trouver un sens à la vie est une tâche ardue et pénible. Il n’y a que peu de plaisir à assembler une carte du monde, à moins que vous soyez passionné par la géographie ou par les puzzles. Pour rester motivés, nous devons avoir quelque chose à quoi faire attention.

Dès l’instant où vous trouvez quelque chose qui vous inspire, la vie se transforme immédiatement de carte ennuyeuse en image passionnante. En révélant son côté aventureux et sympathique, elle change et d’exercice qui ne rime à rien elle devient une quête qui en vaut la peine. Martin Luther King l’a dit d’une manière très perspicace : “Nos vies commencent à se terminer le jour où nous devenons silencieux sur les choses qui importent.”

Peu importe où vous vous trouvez dans le voyage de la vie, il y a toujours de la place pour l’exploration, pour l’exaltation. N’essayez pas de résoudre la carte du monde. Au lieu de cela, assemblez les pièces de l’image de votre belle vie et le reste se mettra en place sans faire d’efforts. Trouvez quelque chose à quoi faire attention. Et si vous n’avez pas de but qui vous remue, d’image qui vous attire, cela veut dire que vous ne cherchez pas sérieusement. Personne n’est né avec un but, tout le monde découvre le sien. Une vie sans sens est une vie ennuyeuse dépourvue de tout ce qu’il y a à admirer.

Se plaignant d’une douleur d’estomac, une femme alla voir un médecin. Après quelques examens et autres, il lui dit qu’elle se trouvait en état terminal et qu’il ne lui restait plus que trois mois à vivre.

“Y a-t-il quelque chose que je puisse faire, docteur ?” demande-t-elle profondément tourmentée.” Je veux bien sûr vivre plus que trois mois.”
“Êtes-vous mariée ?
“Non.”
“Alors trouvez un philosophe et épousez-le.”
“Vraiment ?” s’exclame-t-elle avec espoir. “Est-ce que ça va m’aider à vivre plus longtemps ?”
“Pas tout à fait,” répond le docteur, “mais ça semblera beaucoup plus long.”

L’horloge de la vie fait tic-tac à la même vitesse pour tout le monde. Pourtant, elle acquiert un rythme différent pour différentes personnes. Certains d’entre nous regardent des films à suspense, complètement fascinés et occupés, en jouissant de chaque instant. Tandis que d’autres semblent écouter les prévisions météo – plates et monotones, ils ne peuvent pas obtenir autant d’excitation. La chaîne que vous écoutez est un choix qui est entièrement entre vos mains. Tout est là, vous n’avez qu’à appuyer sur les bons boutons.

Si vous avez attendu patiemment et que la vie ne vous a pas encore donné d’occasion, alors allez en saisir une. Les occasions ne frappent vraiment pas à la porte, on les crée. Comme Bouddha l’a dit un jour : ” “Votre but dans la vie est de trouver votre but et d’y mettre tout votre cœur et toute votre âme.” Les pièces du puzzle s’arrangent alors toutes seules. Vous pouvez regarder chaque instant de la vie se dérouler devant vous dans une beauté extrême. Alors chaque tic-tac de l’horloge vous élève.

Au fur et à mesure que vous vous engagez dans une vie de but et de bonheur, vos peurs disparaissent parce que la nature vous catapulte sur un terrain de jeu bien plus grand. Ce que vous gagnez est un million de fois plus que ce que vous pourriez jamais perdre. Tout ce qui pourrait disparaître de votre vie ne vaut pas plus que de l’argent de poche pour un milliardaire. C’est ce que fait le but. Les puzzles deviennent des images.

Aspergez le tableau de votre vie avec de belles couleurs. Ne laissez pas la toile vierge. Comme je l’ai dit plus tôt, tout est là. Voyez-le, savourez-le.

Paix.
Swami

Partagez avec vos amis: Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Google+0Email to someone