La vie est une drôle d’affaire. Plus nous pensons que nous l’avons comprise et plus elle devient mystérieuse. Comme un bon magicien, elle nous fait nous émerveiller de son habileté à réussir des tours inimaginables. Il se trouve cependant que ses surprises ne sont pas toutes séduisantes. Certaines peuvent être carrément cruelles. Et c’est lorsque la vie nous donne un coup inattendu que notre force intérieure est mise à l’épreuve. C’est à ce moment-là que la vie fait venir la foi et l’abandon à la cour de la loi divine pour voir s’ils seront à vos côtés.

La foi veut-elle dire que nous allons apprivoiser la vie ? Que nous en dicterons les termes ? Comme tout le monde le souhaite ! Mais ce n’est pas du tout ce que la foi ou l’abandon ont à offrir. Alors pourquoi s’embêter à prier et à s’abandonner à un Dieu qui ne peut pas arranger nos problèmes ? Laissez-moi partager avec vous une belle histoire tirée de l’épopée du Ramayana.

Rama et Lakshmana erraient dans les bois profonds à la recherche de Ma Sita. Ils rencontrèrent un bassin attrayant parsemé d’arbustes aux fleurs parfumées. Lakshmana proposa de se baigner dans le basin et de se reposer un tout petit peu. Le grand et beau Rama retira l’arc de ses épaules sculptées et le laissa tomber sur le sol tendre. Accrochant leurs carquois à leurs arcs, ils entrèrent dans le bassin pour apaiser leurs membres fatigués. Lakshmana rapporta de délicieuses baies d’un arbre voisin.

Peu de temps après, il séchèrent leur corps et s’apprêtèrent à partir. Alors même que Rama soulevait son arc, il entendit le faible coassement d’une grenouille. Il baissa les yeux et vit une petite grenouille blessée qui se trouvait à l’endroit où son arc avait été posé. Bouleversé de compassion, il ramassa immédiatement la grenouille dans ses douces paumes.

“Pourquoi n’as-tu même pas poussé un cri, ô petite”, dit Rama. “Pourquoi n’as-tu pas appelé à l’aide quand mon arc t’a blessée ?”

La grenouille souffrante eu un petit rire et dit : “Tu es mon sauveur, Rama ! Le monde entier t’appelle à l’aide en cas de blessure, mais qui va être impressionné quand tu décides de blesser quelqu’un ?”

“Je suis terriblement désolé,” dit Rama comme un mortel ordinaire. “Je n’avais pas l’intention de te blesser.”

“Mais, mon seigneur, je suis très très heureuse”, dit la grenouille.

Rama et Lakshmana regardèrent tous deux la petite créature avec curiosité. En fin de compte, qu’est-ce qui pouvait la rendre heureuse ?

“La seule chose qui soit plus douce que de mourir de tes mains, Rama”, continua la grenouille, “c’est de mourir dans tes mains. Comme je suis heureuse d’être dans tes mains alors que je rends mon dernier soupir.”

La première fois que j’ai lu cette histoire, j’ai été profondément ému. Je trouvais qu’elle saisissait magnifiquement l’essence de la foi. N’est-ce pas ce qu’est l’abandon, de toute façon ? Qu’il y a des choses qui sont hors de mon contrôle et que j’accepte de laisser la nature ou Dieu s’occuper pour moi de ces éléments. Abandon ou foi, cela ne veut certainement pas dire qu’aucun mal ne va nous tomber dessus ni que tout va marcher comme nous l’envisageons. Cela veut simplement dire que nous acceptons le fait qu’il y a de nombreuses choses que nous ne comprenons pas dans les rouages complexes de la nature et que nous cela nous convient.

En tant que grenouille, je ne peux pas prévoir ni éviter qu’un arc formidable atterrisse sur mon dos et me brise les os, mais il ne peut pas briser mon esprit, ma foi, mon abandon. Le Dieu sans désir ne désirerait certainement pas la foi ou la richesse de qui que ce soit. Aussi l’abandon n’est-il pas là pour plaire à quelque Dieu que ce soit. Il est là simplement pour nous renforcer et nous purifier. Il sert à mener une vie d’amour et d’humilité. En bref, les sentiments d’amour qui vont vers quelqu’un que nous vénérons, c’est de l’abandon.

Un homme était entrain de conduire dans les collines sur une route balayée par le vent quand sa voiture chuta en prenant un virage serré. Il tomba de sa voiture alors qu’elle tombait dans une gorge profonde. Fort miraculeusement, il parvint à s’accrocher à une branche d’arbre. L’arbre était vieux, mince et faible. A chaque instant, il semblait se détacher de ses racines.
L’homme fit appel à Dieu avec la plus grande des ferveurs. Aucune réponse n’arriva et l’arbre s’effritait de seconde en seconde. N’abandonnant pas, il appela encore quelques fois. Quelques minutes plus tard, une voix rugissante sortit du ciel.

“Lâche la branche” dit la voix céleste. “Je vais te protéger.”

L’homme regarda en bas et vit la gorge rocailleuse profonde et sombre. Il ne vit aucune chance de survie. Il regarda vers le ciel et s’écria : “Êtes-vous sûr ?”

“Oui, lâche”, dit la voix. “Je suis Dieu.”

L’homme réfléchit une seconde et dit : “Y a-t-il quelqu’un d’autre là-haut ?”

Quelque part, la plupart d’entre nous ont fait un jeu de l’abandon. Nous avons une idée de la manière dont nous voulons être sauvés. Nous défions, nous nous rebellons, nous nous révoltons, nous nous interrogeons lorsque ce qui arrive dans notre vie n’est pas conforme à ce que nous attendons. Quand l’aide qui nous arrive n’est pas ce que nous avions prévu. Nous nous demandons pourquoi certaines choses nous arrivent alors que nous pensons n’avoir rien fait pour les mériter. Peut-être. Ou peut-être pas. Il se peut bien que nous ayons opportunément oublié nos transgressions et nos offenses spirituelles. Tandis que la nature n’oublie jamais rien. Jamais. Les mangues ne poussent pas sur des pommiers.

A quoi sert une foi si elle chancelle à l’heure de la crise ? Tout le monde peut avoir de l’abandon ou être croyant quand tout va bien. C’est quand la situation devient difficile que nous devons vraiment savoir à quel point notre abandon est vraiment solide. L’abandon n’est pas un article commercialisable. Ce n’est pas une chose contre quelque chose d’autre. C’est juste une expression de reconnaissance, une manière d’exprimer notre amour au Divin.

L’abandon est un antidote à la souffrance qui est au-delà de notre contrôle.

Si vous voulez découvrir les magnifiques perles de la vie, vous feriez mieux de vous tenir à l’ancre de la foi. Parce que, tôt ou tard, la vie vous emmènera pour un grand plongeon dans l’océan agité des adversités. Comme on dit : “Personne n’est vierge. La vie nous baise tous.” Elle baise tout le monde.

Paix.
Swami

Partagez avec vos amis: Share on Facebook0Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn0Google+0Email to someone